Pour recevoir chaque semaine la feuille d'annonces, demandez-la à : chapellesaintehonorine@orange.fr

 

 1. L’Église inaugure le temps du Carême par l'imposition des cendres qui se fait le mercredi de la semaine de la Quinquagésime, appelé pour ce motif mercredi des Cendres. A l'exemple des Ninivites qui firent pénitence sous la cendre et le cilice, l’Église veut ainsi, au début de la sainte quarantaine, humilier notre orgueil et nous rappeler la sentence de mort que nous devons subir à cause de nos péchés.

   Les cendres, en effet, dans la Sainte Écriture sont l'emblème de l'humilité, de la pénitence et du néant de l'homme.

   Avant la messe, le célébrant bénit solennellement des cendres qui proviennent ordinairement de la combustion des rameaux. Puis il impose les cendres sur la tonsure des clercs et sur le front des fidèles, en faisant un signe de croix et en prononçant les paroles que Dieu fit entendre à Adam après son péché : "Souviens toi, homme, que tu es poussière et que tu retourneras poussière."

   Nous devons recevoir les cendres dans des sentiments d'humilité et de contrition pour expier les péchés que l'orgueil nous a fait commettre.

   Les formules de la Messe qui suit sont bien la conclusion de la cérémonie des cendres puisqu'elle parlent de craintes à cause de nos péchés, mais aussi de confiance dans le pardon si nous sommes résolus à faire une sincère pénitence.

 

     2. Cette cérémonie des cendres rappelle celle qui avait lieu autrefois en ce même jour pour les pécheurs condamnés à la pénitence publique.

  Au moyen age, en effet, ceux qui s’étaient rendus coupables d'une faute grave et scandaleuse devaient en faire une pénitence publique.

     Le premier jour du Carême, ils se présentaient à la porte de la cathédrale, couverts d'un sac, pieds nu et avec toutes les marques d'un cœur repentant. L'évêque, suivis du clergé, les faisait entrer dans l'église où ils se prosternaient ; puis il bénissait les cilices qu'ils devraient porter pendant la sainte Quarantaine. On chantait sur eux les sept psaumes de la pénitence, on les aspergeait et on couvrait leur tête de cendres bénites. Ils étaient ensuite conduits hors de l'église, au chant des paroles de la Genèse par lesquelles le Seigneur chassa nos premiers parents du Paradis terrestre. A partir de ce moment, ils étaient exclus des assemblées des fidèles jusqu'au Jeudi Saint qui était le jour marqué pour leur confession et leur absolution sacramentelles.

    La cérémonie des cendres fut ainsi réservée d'abord aux pécheurs publics. Dans la suite, de pieux fidèles, par humilité, se mêlèrent aux pécheurs publics pour les encourager en participant à leur pénitence.

    Enfin, vers la fin du XIeme siècle, lorsque la pénitence publique devint plus rare, par suite du ralentissement de la ferveur, l’Église prescrivit l'imposition des cendres à tout les fidèles, et même aux clercs, comme cela se pratique aujourd'hui. Cependant, l'imposition des cendres aux pécheurs public persista, dans quelques diocèses jusqu'au XVIIIeme siècle.

    A l'origine, pour se préparer à la cérémonie des Cendres, les fidèles avaient l'habitude de se confesser la veille : de là vient que le mardi gras porte encore, en anglais, le nom de "mardi de la confession" (shrove tuesday).


Plan du site

Recevez la feuille d'annonces

infos paroissiales

Pour recevoir chaque semaine la feuille d'annonces, demandez-la à :

chapellesaintehonorine@orange.fr

Intentions de prières

Déposez-ici vos intentions de prières.

sos.prieres.svp@gmail.com

Elles seront prises en compte au cours de la messe du jour.

intentions

 

Une messe pour vos défunts !

Vous avez perdu un parent, un ami... Confiez-le à la miséricorde de Dieu ; pensez à faire dire une messe pour lui !

csm sepulture web 3524a2517a

 

Liens conseillés

Cliquez ici : Liens