Kyriale et Propre

Le répertoire grégorien est très vaste. Il s’est composé au fur à mesure des besoins de l’Eglise en pièces grégoriennes pour les divers offices (Messe, Liturgie des heures, …).

Pour la Messe, le répertoire grégorien se divise en trois parties :

- le répertoire pour l’assistance : Kyriale (Kyrie, Gloria, Sanctus, Agnus Dei) et Credo ;

- le répertoire pour la chorale : Propre du jour (Introït, Graduel, Alleluia, Offertoire, Communion) ;

- le répertoire pour le prêtre : oraisons, préfaces, lectures, Evangiles.

  Kyriale

  On compte 18 Kyriale utilisés à l’occasion des diverses fêtes liturgiques.

 Actuellement, chaque Kyriale comprend : un Kyrie, un Gloria (sauf pour l’Avent, le Carême et la messe des Défunts), un Sanctus, un Agnus Dei. 

Principaux Kyriale :

Messe I «  Lux et Origo » : pour le Temps Pascal ;

Messe II « Fons bonitatis » : pour les Fêtes Solennelles ;

Messe IV « Cunctipotens Genitor Deus » : pour les Apôtres ;

Messe VIII « De Angelis » ;

Messe IX « Cum jubilo » : pour les Fêtes de la Sainte Vierge ;

Messe XI « Orbis factor » pour les Dimanches du Temps Ordinaire ou Dimanches après la Pentecôte ;

Messe XVII « « : pour les dimanches de l’Avent et de Carême ;

Pièces du Propre

  •    L’Introït, propre à chaque fête ou jour, est le chant d’entrée de la Messe. L’introït tient une place importante dans le répertoire. Bien souvent, les fidèles connaissent les pièces pour les jours de grande fête.
  •    Le Graduel, qui tire son nom des degrés (gradus) sur lesquels chantait le chantre soliste, suit la lecture. Tiré des psaumes, il ne lui reste plus que deux versets : le corps du graduel et le verset. Sa composition est beaucoup plus ornée que l’introït. Le compositeur met en relief les mots du texte choisi par de grande vocalise.
  •    L’Alleluia, mot d’origine hébraïque qui signifie littéralement « Louez le Seigneur ». Il précède l’évangile hors le temps du Carême. A sa place, au temps du Carême, on chante le trait. L'Alleluia se caractérise par une longue vocalise sur la dernière syllabe du mot « Alleluia » encore appelé jubilus. La parole ne peut plus exprimer ces sentiments, seul reste ce cri de jubilation. 
  •   Le Trait : il remplace l’Alleluia au temps du Carême. Il s’agit d’une psalmodie ornée.
  •   L’ Offertoire : ce chant apparaît vers le IVe siècle. St Augustin écrit un ouvrage pour défendre l’usage introduit à Carthage de chanter des Psaumes avant les oblations. 
  •   La Communion est très souvent en relation avec l’action liturgique qu’elle accompagne : pendant ou après la distribution de la sainte communion. Le style est très souvent semi-orné à l’image de l’Introït.